Accueil

                                                     Accueil

 

Bulletin de novembre 2017

 

«  Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu »

 

 

Aimables paroissiens d’Athis-Mons,

 

Jésus a vécu dans un contexte historique véritablement explosif. Les armées romaines occupent la Palestine et la résistance juive ne cesse de gronder. Le César qui règne est Tibère, un vieillard qui gouverne depuis son Ile de Capri. Les courants idéologiques et politiques pullulent aussi au temps de Jésus : les Zélotes armés s’opposent et prônent le refus de payer l’impôt. Les hérodiens appuient le pouvoir en place des occupants romains. Les pharisiens, hypocrites s’accommodent plus ou moins avec les autorités politiques.

 

Cette description évangélique de Matthieu est encore d’actualité de nos jours. Le conseil permanent de la Conférence des Evêques de France à publié un bouquin : « Dans un monde qui change retrouver le sens du politique » aux éditions  Bayard, Cerf, Mame. Je vous ai recommandé de le lire et je vous le recommande encore car les Evêques disent : « si nous parlons aujourd’hui, c’est parce que nous aimons notre pays, et que nous sommes préoccupés par sa situation ». Nos Pères Evêques disent que les Catholiques, citoyens à part entière au milieu de leurs contemporains ne peuvent pas se désintéresser de ce qui touche à la vie en société, à la dignité et à l’avenir de l’homme.

Ainsi, l’Eglise aujourd’hui comme de tout temps se trouve confronter à ce problème : son rôle ne peut pas être « politique » directement…mais elle ne peut pas, non plus être neutre. Que l’Eglise dise oui ou non, qu’elle se taise ou qu’elle parle elle se trouve toujours embarquée dans un camp ou dans l’autre. La réplique de Jésus est devenue proverbiale au point de devenir un dicton usuel lorsqu’on veut nous fermer la bouche. Nous sommes prophètes et ne reculons pas devant des antivaleurs ! La pensée de Jésus devra être bien expliquée à notre époque. En disant « rendez à César ce qui est César », Jésus ne cautionne pas la séparation Eglise-Etat. Les chrétiens ne doivent pas resté enfermés dans les Eglises. Ils doivent influer sur la rue, la cité, les affaires, la famille, les lois, et surtout payer l’impôt pour construire la nation. César n’est que César ! Il n’est pas Dieu. Les sociétés « sans Dieu » sont des sociétés inhumaines. Un Etat qui se fait Dieu écrase l’homme. César lui-même doit se soumettre à Dieu. L’homme mérite un respect absolu parce que sa destinée est divine.

 

Nous sommes donc conviés en tant que chrétiens à œuvrer à l’élévation de la patrie en contribuant à son épanouissement. Mais rappelons-nous à donner à Dieu ce qui lui revient aussi. Tout pouvoir vient de Dieu comme le roi Cyrus avait été oint par Dieu (Is 45,1-6) et Saint Paul demande aux premiers chrétiens de se soumettre aux autorités civiles (Rm 13,1-7)  Prions pour que par l’intercession de la Vierge Marie cesse dans le monde la violence, les injustices, les violence,  les mensonges, les calomnies…..et que par la miséricorde de Dieu les âmes des tous nos frères et sœurs défunts reposent dans la paix de Dieu +

 

 

Père Sylvain TEMBWE MIANA

En charge de la Paroisse d’Athis-Mons

 

 

 

Le Père Sylvain TEMBWE MIANA

 

 

 

Reçoit le vendredi de 17h à 19h et le samedi de 10h à 12h (10 Rue Etienne Lebeau)
Tél  01 69 38 43 06   07 69 94 72 20     

 

E-Mail: sylvaintembwe@hotmail.com

 

www.maparoisse-athis.com

 

www.facebook.com/ParoisseAthisMons

 

  

 

Information:

 

 DiDimanche 03 Décembre 2017 : repas paroissial accompagné du Beaujolais. «  thème du repas antillais »